Catégories

Pourquoi la Silicon Wadi israélienne est-elle devenue le spot pour innover ?

Créé en 1948, Israël est un État-Nation perpétuellement en guerre et qui bénéficie de peu de ressources naturelles. De nombreux obstacles qui n’empêchent pas la Silicon Wadi (la Silicon Valley israélienne) d’égaler, voire de surpasser sa concurrente californienne. Pourquoi et comment ce pays fait-il pour exceller dans les domaines de la haute-technologie ? Quels sont ses atouts intrinsèques et pourquoi est-ce le pays innovant de demain ? Nous allons tenter de répondre à ces questions et vous montrer pourquoi et de quelle manière il faut vous en inspirer.

Pourquoi Israël a l’esprit « start-up » ?

  • C’est dans les gènes

Israël est lui-même une start-up qui lutte pour survivre.
Tout est question de culture : le pays est en guerre depuis sa création, ses habitants ont développé une capacité d’adaptation et une habileté à faire face aux difficultés. Dans cette obligation à se réinventer pour survivre, la population a intégré des valeurs que l’on retrouve avec la houtzpa (le culot en hébreu) comme l’audace, la prise de risques ou encore l’hardiesse. C’est ce qui les différencie des occidentaux : ils considèrent par exemple l’échec comme la preuve d’une réussite prochaine puisque c’est en se trompant qu’on apprend. C’est pour cela que grand nombre d’investisseurs refusent d’acheter une start-up si son fondateur n’a pas déjà échoué !

  • Le rôle du gouvernement et de l’armée

L’armée, dite tsahal, participe elle aussi à l’esprit « start-up » israélien. Dans le pays, le service militaire est obligatoire et mixte ; il apprend à ses jeunes entrants des valeurs semblables aux mécanismes de défense d’une start-up : l’obligation de survie, la capacité d’imaginer ou le dépassement personnel lorsqu’il s’agit de résoudre un problème urgent, par exemple. Aussi, le service les forme dans divers domaines – notamment le développement informatique et la cybersécurité – via des unités comme l’Unit 8200 (voir l’article de CNBC à ce propos). Cette unité de renseignement militaire high-tech (semblable à la NSA) doit trouver des solutions à divers problèmes de cybersécurité. Les sortants de l’armée sont beaucoup à monter leur propre entreprise puisqu’ils ont accédé à un véritable esprit entrepreneurial et ont été au plus proche des nouvelles technologies. Ainsi, il a par exemple été créé Illusive Networks, qui combat les cyber-attaques persistantes et avancées (APT) qui infligent de réels dommages aux logiciels qu’elles ciblent. La société crée donc des fausses versions du réseau d’une entreprise et cherche à attirer dessus le pirate informatique ; lorsqu’il y est, les équipes sont alertées et peuvent le ralentir pour enquêter sur ses intentions et sa provenance. Cette start-up est, entre autres, soutenue par Microsoft Ventures et Cisco. L’armée est donc un tremplin pour la carrière des appelés. Dans le cadre du recrutement dans le domaine civil, il est coutumier de demander à un(e) candidat(e) où a été réalisé son service militaire pour pouvoir juger de ses capacités techniques et managériales.

C’est ce qui explique, en partie, pourquoi le pays a le plus fort taux de travailleurs spécialisés en technologie de pointe par habitant (voir l’article du Washington Post à ce propos).

Économiquement parlant, on remarque également un cercle vertueux entre les sommes investies par le gouvernement et le fait que l’armée soit un véritable moteur économique pour le pays. L’armée a su faire déboucher nombre de ses recherches en applications civiles et a transformé le fait de dépenser beaucoup en point positif pour le développement industriel israélien.

Au-delà de cet échange de bons procédés, le gouvernement soutient et encourage l’entrepreneuriat de nombreuses manières. Par exemple, un programme de subventions est alloué par l’autorité israélienne de l’innovation et permet de couvrir jusqu’à 50% des frais liés à la recherche & développement (R&D) des entreprises aidées. La politique de financement bénéficie majoritairement aux grandes sociétés (CA supérieur à 100 millions de dollars) puisque pour être éligibles, elles doivent allouer un minimum de 20 millions de dollars par an au financement de leur programme R&D ou avoir au moins 200 salariés dans ce domaine. Ce programme permet au pays de maintenir sa compétitivité hors-prix.

Également, l’État hébreu a créé de nombreux incubateurs et accélérateurs de projets (OCS, MATI) qui permettent à tout israélien motivé d’aller tenter sa chance et d’accélérer la création de son entreprise ou de son innovation.

Enfin, le pays a mis en place un véritable écosystème de soutien aux services consultatifs, c’est-à-dire qu’il veille à la participation d’autres entreprises nécessaires au bon démarrage d’une start-up (experts-conseils, cabinets juridiques, investisseurs…) dont elle peut bénéficier dès sa création.

Ces nombreuses aides poussent les israéliens à davantage créer au sein-même de leur pays et les aident à investir la majorité de leurs moyens dans la R&D et non dans d’autres services annexes.

 

Pourquoi Israël est un pays lucratif pour les investisseurs et les filiales internationales ?

En août dernier, les groupes français Dassault et Thalès estimaient qu’Israël était désormais l’épicentre des technologies mondiales.

La Silicon Wadi est effectivement considérée comme autant voire plus attrayante que la Silicon Valley. Cela s’explique par plusieurs faits : d’abord, la mentalité israélienne est plus adaptée aux axes stratégiques souhaités par les filiales internationales. Le pays accepte davantage la prise de risques, à moindre coût et avec le même degré de développement de la propriété intellectuelle que les américains. Aussi, il est complètement anglophone. Tous ces facteurs font d’Israël le leader actuel de la course à l’innovation sur les technologies de pointe, la big data, la cybersécurité, l’intelligence artificielle.

Le pays est également la parfaite représentation du mantra « think global but act local », point central de notre business world actuel. Les start-ups israéliennes sont très ouvertes à toutes formes de partenariat avec les multinationales prêtes à investir dans l’open innovation. Ces deux motivations donnent lieu à de multiples « win-win » situations, comme le rachat de Mobileye, une structure qui travaille sur la conduite auto-assistée, par Intel en mars dernier.

Les Big Players (Google, Facebook, Microsoft, pour ne citer qu’eux – lire l’article de Silicon Wadi à ce propos) n’hésitent pas, eux non plus, à installer leurs centres de R&D en Israël afin de travailler sur les dernières technologies.

Ces investissements, cessions et installations finissent de crédibiliser le savoir-faire d’Israël dans les technologies actuelles et de placer le pays en tant que leader sur le marché.

 

Comment nous inspirer de la réussite entrepreneuriale israélienne ?

La StartUp Nation est donc un modèle dont il faut nous inspirer pour être au coeur de l’innovation et de la technologie. Dans cette idée, nombre de Learning Expeditions (LX) sont organisées, afin de montrer aux groupes français le mode de vie israélien et de les mettre en relation avec les acteurs de l’écosystème du pays. L’occasion de vous inspirer de cette culture dont nous parlions précédemment.

  • Qu’est-ce qu’une Learning Expedition ?

Les LX sont des voyages corporate d’environ une semaine qui vous permettent de rencontrer les leaders de l’innovation du pays concerné et de voir en application leurs méthodes et identités, via des visites culturelles ou d’entreprises notamment. Ces voyages sont l’occasion de mobiliser vos Codir et Comex. Aussi, ils tendent à vous donner un nouveau souffle dans votre capacité d’innovation. 

  • “Une LX, so what ?”

Oui, l’échange avec des experts ayant une culture opposée à la vôtre pourra vous inspirer, mais comment mettre en application tout ce que vous avez appris lors de votre séjour ? Comment avoir des solutions « clés en main » à votre retour ?
Pour nous, il ne faut plus non seulement écouter et rencontrer : il faut co-créer et mettre en pratique.

L’idée est donc, en plus de vous immerger dans une culture différente et à la fois très proche, de vous proposer non seulement des conférences mais également des mini-sprints en co-création afin de travailler avec les experts locaux sur vos problématiques business. Ainsi, vous repartirez avec un prototype tangible (nouveau service ou nouveau produit), capable d’être déployé sur le marché dès votre retour en France.

Chez nous, la LX s’organise en deux temps :

1/ On regarde, on écoute et on échange
Visiter des fonds d’investissements, des incubateurs, des kibbutzim, des start-ups et les centres de R&D de certains Big Players vous permettra de comprendre la culture israélienne de l’intérieur et de pouvoir vous imprégner des bonnes pratiques ou des nouvelles technologies qui pourront être pertinentes pour votre entreprise.

Rencontrer des experts locaux pourra vous amener à de nouvelles réflexions et innovations, puisque c’est en voyant par quelles étapes ils sont passés et comment ils envisagent l’avenir que vous pourrez imaginer le vôtre.

2/ Enfin, on réfléchit et on crée
C’est là toute la différence de nos LX augmentées. Nous vous emmenons dans un lieu tenu secret, en plein désert, pour passer 36 heures dans un incubateur avec des experts UI, UX et des développeurs israéliens spécialisés en big data, IA et objets connectés. Dans ce lieu, vous pourrez répondre à une problématique business qui vous est propre et la résoudre en un temps record.

En somme, nous souhaitons que vous puissiez mettre en application tout ce que vous apprendrez en Israël, et ce grâce à la collaboration des experts locaux et notre expertise en intelligence collective.

 

Les convictions de BrainsWatt pour creuser et aller plus loin en Israël

Une fois que vous aurez testé la co-création en Learning Expedition, BrainsWatt vous propose d’aller plus loin.

1/ Organiser des hackathons sur des technologies de pointe en invitant des porteurs de projet
Un hackathon, c’est un événement où des équipes composées de diverses expertises se réunissent pour développer un projet informatique (big data, blockchain, cybersécurité, IA, objets connectés…). Cela se fait sur une durée limitée, généralement deux jours.

Pour exemple, AXA, compagnie d’assurance à renommée mondiale, s’est associée en 2016 au Jerusalem Venture Partners (JVP), un fonds d’investissement destiné à faire grandir les entreprises et à Kamet Ventures, un incubateur de start-ups. Ensemble, ils ont créé le concours InsurTech Israel, un hackathon destiné aux start-ups spécialisées dans les technologies de l’assurance. L’objectif était de trouver les entreprises innovantes de demain et d’identifier les technologies de pointe les plus prometteuses. Pour la société gagnante, un investissement d’un milliard de dollars était promis par JVP ainsi que les accès au Groupe d’assurance AXA et au programme Kamet.

Cette compétition est une “win-win” situation : elle met en lumière les start-ups émergentes et permet aux grands groupes de développer une stratégie d’open innovation. Elle a donc permis à AXA de connaître les technologies les plus avancées pour se différencier de ses concurrents.

2/ Mettre en place un radar à start-ups 
La mise en place de ce projet permet de suivre les dernières technologies et de faciliter les rencontres avec les acteurs locaux.

Via un expert ayant une connaissance totale du terrain et une proximité avec tous les incubateurs du pays, vous pourrez recevoir non seulement des rapports réguliers sur les dernières innovations mais également développer des POC et MVP très rapidement avec des start-ups locales. Vous pouvez le tester rapidement, le retour sur investissement est excellent et permet de mettre en place une veille technologique à bas coût dans un pays ultra innovant.

 

Israël est donc « the place to be » en ce qui concerne l’entrepreneuriat et les nouvelles technologies, et ce pour toutes les raisons que nous vous avons évoquées. Nadav Zafrir, ancien de l’Unit 8200, dit à ce propos : “Les capacités de recherche du milieu universitaire, la connaissance réelle des entreprises technologiques, l’expérience pratique de l’armée et la capacité entrepreneuriale des start-ups… Mettez tout cela ensemble, ça fait des étincelles”.

Pour nous, Israël est comme un terrain de jeu ! Vous souhaitez développer des partenariats avec des acteurs locaux ? Appelez-nous. Nous finirons par une autre citation que nous aimons prêter à ce pays et dans laquelle nous nous retrouvons également : « De la contrainte naît la créativité ».

 

Des lectures et documentaires pour aller plus loin :
StartUp Nation – Les ressorts du miracle économique israélien, par Dan Senor et Saul Singer
Israël : superpuissance de la high-tech – Diplomatie n°39, par Jacques Bendelac
Le décollage de la StartUp Nation – Le Temps, par Stéphane Benoit-Godet
Holy Land : Startup Nation – WIRED UK

 

 

 

Newsletter – Septembre 2017

« Some people walk in the rain, others just get wet. » – Roger Miller 


Septembre, c’est pas franchement le meilleur mois de l’année. Entre la fin des vacances, la grisaille et le froid qui reviennent et le retour des métros bondés, on a pas mal d’arguments pour râler. Et puis râler c’est français, alors on a le droit.

Mais chez BrainsWatt, on a décidé de prendre le contrepied de toutes ces mauvaises nouvelles et de s’en créer des bonnes : l’arrivée d’une nouvelle Innovation Architect, d’un Tech Lead et d’une Content and Marketing Manager tout d’abord, la signature d’un partenariat avec nos amis et désormais collègues de chez Crème de la Crème qui nous permet aujourd’hui de vous proposer une offre plus riche et aboutie avec la présence de développeurs pour vous accompagner non plus jusqu’à un prototype mais bien à un produit finalisé (cette phrase est longue, hein ?)… et surtout, cette rentrée rime pour nous avec nouveauté et ça, ça nous plaît ! On vous en parle plus en #Implémentation.

Avec l’entreprise sociale Reforest’Action, on a atteint les 3 000 arbres plantés grâce à nos conférences qui plantent des arbres. Merci à tous nos clients !

 

#Inspiration 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les BrainConférences

#IntelligenceCollective : TDF, le spécialiste de la diffusion et partenaire de tous les acteurs du numérique, organise désormais les Petits-déjeuners de l’Innovation. Ce qu’on a aimé, c’est qu’on avait effectivement de quoi bien manger pendant que Nicolas expliquait comment bien travailler ensemble et pourquoi c’était la chose à faire aujourd’hui. Un bon moment qui devrait se réitérer sous peu.

#Émotions : C’est chez le torréfacteur de George Clooney himself que nous avons eu le plaisir d’intervenir sur l’importance de l’émotion dans la relation client et tirer quelques larmes aux collaborateurs les plus sensibles. Larmes qu’on a également vu couler chez Bouygues Immobilier, même si tous les directeurs de région ont essayé de le cacher.

 

#Idéation

Lego® Serious Play©

On vous en a déjà parlé, CREPI c’est la discrète mais géniale association qui permet aux chômeurs de retrouver un emploi. En pleine recherche d’une nouvelle méthode complémentaire de recrutement basée sur l’utilisation du protocole Lego® Serious Play©, nous avons pu tester et affiner nos hypothèses durant une journée de recrutement de l’association. C’est 8 candidats que nous avons sondés sur des aspects de leur intelligence et personnalité via notre test, chose qu’un entretien classique n’aurait pu faire ! Appliquée au recrutement, notre méthode permet donc de tester l’intelligence émotionnelle, spatiale, interpersonnelle ainsi que la gestion du stress des candidats. Et pour affiner tout ça, nous travaillons avec une coach certifiée et ex-DRH d’un grand groupe français. Les premiers résultats sont prometteurs, on vous en parle bientôt !

 

#Expérimentation

BrainsWatt innove

#ZėnIt : Votre desktop d’ordinateur, il est rangé ? Nous, pas vraiment. Du coup, on s’est dit qu’on ne devait pas être les seuls et que c’était sûrement le cas pour beaucoup d’autres. Alors on vous a écrit un article pour être davantage efficace au travail et on en a profité pour créer Zėn-it, le fond d’écran organisé qui vous permet de ne plus vous perdre dans tous vos dossiers. Chez nous, tout le monde s’y est mis !

#Muffins : C’est une innovation comme une mais une des résolutions de plusieurs d’entre nous, c’est de se mettre à la cuisine et de détrôner Maïté. Du coup, on a le droit à plein de tentatives plus ou moins réussies pour ravir nos papilles. Pour l’instant, on adore.

#TheHumanSafetyNet : C’est tout nouveau ! BrainsWatt a décidé de s’engager auprès de The Human Safety Net, un organisme mondial qui vient en aide aux réfugiés et les aide à monter leur entreprise. Via des laboratoires d’innovation, une formation d’experts (dont nous faisons désormais partie) voire d’éventuels financements et lieux de travail, nous pouvons désormais oeuvrer à ce que chacun trouve sa place quelle que soit son histoire. On est heureux de pouvoir participer à cette aventure !

 

Des nouvelles du Lab 

#StayHome : La start-up continue sa croissance et atteint toutes nos espérances : elle a déjà permis d’investir 30 millions d’euros. On rappelle que l’idée est de venir en aide aux propriétaires en difficulté financière tout en offrant un placement sécurisé, éthique et performant aux investisseurs (si vous voulez en savoir plus, TF1 et M6, entre autres, en ont déjà parlé).

#Transporteurs d’image : Le média exclusivement dédié aux campagnes de la sécurité routière a encore fait parler de lui cet été avec une campagne girondine pour prévenir les feux de forêt. On vous laisse regarder par vous-même ici !

 

L’info (in)utile pour briller en société

L’hippopotomonstrosesquipedaliophobie est la peur des longs mots. Si vous nous appelez au bureau en prononçant ce mot parfaitement, vous gagnez une surprise.

Crème de la Crème, nouveau partenaire du studio d’innovation BrainsWatt

BrainsWatt, studio d’innovation spécialisé dans l’innovation et l’intelligence collective, signe pour cette rentrée un partenariat avec Crème de la Crème, la plateforme qui propose aux entreprises des freelances issus des meilleures formations européennes pour des missions de développement IT (UI, UX, apps, data science, web, product…).

« L’union fait la force »

Une envie : aller encore plus loin dans l’implémentation. BrainsWatt, qui accélère la transformation business de ses clients, avait déjà l’habitude de faire passer de l’idée au prototype en un temps très court (2 à 4 jours). La prochaine étape était tout naturellement de pouvoir aller du prototype au produit fini.

Pour cela, BrainsWatt et Crème de la Crème, leader de son marché, ont décidé d’avancer ensemble afin de proposer une offre toujours plus complète à leurs clients.  

« Ce partenariat, c’est l’opportunité unique de renforcer notre offre de services auprès de nos clients partenaires »
Jérémie Bohbot, Directeur Général de BrainsWatt

“L’alliance de BrainsWatt et de Crème de la Crème permettra aux entreprises d’accélérer grandement leurs projets digitaux grâce à une collaboration unique sur le marché, qui synthétise deux expertises complémentaires”
Théo Dorp, Co-Fondateur de Crème de la Crème

Les deux entités peuvent désormais proposer une nouvelle offre permettant l’accélération des projets digitaux des organisations, de la conception au produit finalisé, et leur donner vie en un temps record.

 


À propos de BrainsWatt
BrainsWatt est un studio d’innovation créé en 2014 qui accélère la transformation des organisations par l’innovation et l’intelligence collective.

Grâce à des méthodes d’acculturation et la construction d’environnements organisationnels dédiés, le cabinet emmène ses clients vers des problématiques d’innovation et d’intelligence collective, transitions obligatoires dans la société actuelle.

À propos de Crème de la Crème
Créée en 2015, Crème de la Crème est la première plateforme permettant aux entreprises de faire appel aux compétences des meilleurs freelances issus des meilleures formations européennes (EPITECH, Polytechnique, Oxford, Centrale, Cambridge, 42, EPITA, HETIC, Bocconi ..), et ce dans un temps record.

Aujourd’hui, c’est déjà plus de 30 000 freelances et plus de 3 000 clients fidèles qui partagent leur vision d’un monde, où les générations doivent travailler entre elles et apprendre l’une de l’autre.

Crème de la Crème travaille notamment avec LinkedIn, AirBnB, Total ou encore Doctolib.

7 conseils pour être plus efficace au travail

Pourquoi 7 ? En psychologie cognitive, l’article scientifique The Magical Number Seven, Plus or Minus Two de George Armitage Miller établit que le nombre sept correspond approximativement au nombre maximal d’éléments qu’est capable de traiter l’esprit humain.


Chez Brainswatt, on s’est rendu compte il n’y a pas très longtemps qu’il y avait plein de petites choses qui polluaient notre temps et notre efficacité. Alors on a décidé de vous dire tout ce que l’on utilisait pour être le moins touché ! Cet article vous montrera donc comment, grâce à des ajustements simples et rapides, vous pourrez être plus efficace et donc gagner du temps.

 

La loi de Pareto ou comment identifier les tâches stratégiques

Dans notre vie et particulièrement au travail, il y a toujours une tâche qui nous tombe dessus à la dernière minute : des changements de plans, des accélérations de processus… Alors oui, des éléments à penser et à faire, on en a plein. Mais il existe une loi, celle de Pareto ou la loi des 80/20, qui va vous permettre d’être un peu moins surchargé.

Le principe : 20% de notre activité génère 80% de nos bénéfices.

Ça veut tout simplement dire qu’à l’inverse, 80% de notre activité n’est pas aussi efficace – ou importante – que nous le pensons et que nous pouvons donc sûrement enlever quelques tâches de notre to-do !

Pour identifier vos 80/20, il vous faut intégrer les cases suivantes dans un tableau :

Les données à observer doivent être classées par ordre décroissant selon leur nombre d’observations. Ensuite, vous pourrez calculer le cumul (la somme de tous les nombres d’observations). Vous finirez par calculer le pourcentage de chaque donnée en fonction de son nombre d’observations par rapport au cumul total. Exemple ci-dessous :

Via un outil comme Excel ou Numbers, vous pourrez ensuite transformer ce tableau en diagramme qui vous montrera immédiatement quelles sont les tâches les plus importantes dans votre travail. Ainsi, vous pourrez vous concentrer davantage sur celles-ci et en abandonner – ou déléguer – d’autres.

 

Ne plus raisonner en tâches mais en objectifs

Avouez-le, vous êtes plus motivé à l’idée d’avoir un but et de le réaliser que lorsque vous voyez votre to-do remplie d’éléments divers et variés. Dans cette idée, nous vous conseillons de ne plus noter ces tâches telles quelles mais plutôt de les traduire en objectifs. Par exemple, si je dois faire un devis pour un nouveau client, mon objectif est de le faire signer ! On se retrouve face à une to-do plus motivante et intéressante.

Dans la même idée, n’hésitez pas à chronométrer vos objectifs, c’est-à-dire à vous donner un temps restreint pour les faire. C’est un fait, avoir du temps vous pousse à la procrastination : ne nous dites pas que vous faites tout un mois en avance… Le sentiment d’urgence ressenti à l’occasion d’une deadline proche nous permet d’être plus effectif et donc de travailler mieux et plus rapidement. En identifiant vos objectifs prioritaires (grâce à la loi 80/20) et en les timant, vous pourrez donc travailler plus pour travailler moins. Et oui ! Si vous mettez moins de temps à réaliser vos tâches, non seulement vous en ferez plus mais vous gagnerez du temps ! Vous aurez sûrement reconnu ici la loi de Parkinson, qui nous rappelle que le travail prend le temps qu’on lui laisse.

 

La synergie décuple les résultats

La synergie, c’est l’association de plusieurs organes pour l’accomplissement d’une fonction. On peut la traduire par : vous devez coopérer. Chaque être est unique et a donc une vision des choses, une expertise et une intelligence elles aussi uniques. Ce qui veut dire qu’en travaillant avec vos pairs, vous aurez d’autres angles de vue et donc une vision plus élargie ! Dix cerveaux réunis seront toujours plus efficients qu’un seul.

Lorsque vous êtes face à un problème et que vous ne savez pas comment le résoudre, n’hésitez pas à aller voir vos collègues pour leur demander leur avis. C’est ce que l’on appelle l’intelligence collective. Coopérer avec l’autre nous fera toujours avancer.

Mais attention, l’intelligence collective peut aussi devenir une bêtise collective. Gardez votre unicité et tâchez à ce que le groupe ne suive pas une seule personne ; la bonne idée se cache dans la diversité des collaborateurs qui vous entourent.

 

Chercher efficacement l’information

Notre ère est nouvelle : nous avons aujourd’hui accès à un flot immense d’informations. Ce constat ne doit pas vous faire croire que c’est en cherchant simplement que vous allez trouver. Les algorithmes installés sur nos outils de recherche se trompent parfois de direction et c’est à vous de les contourner pour accéder au maximum de données.

Cela passe par plusieurs étapes :

D’abord, ne vous cantonnez pas à un seul moteur de recherche. Google, Bing, Yahoo et bien d’autres ont tous leurs propres algorithmes et vous permettront, associés, d’accéder un peu plus à l’univers immense qu’est internet.

Ensuite, faites bien attention à la façon dont vous rentrez votre recherche :

  • Si vous recherchez un type de fichier précis, par exemple un PDF pour avoir accès à des mémoires, tapez votre recherche suivie de filetype: et du type de fichier correspondant.
  • Pour une expression exacte ou une citation, n’hésitez pas à utiliser les guillemets.
  • Accédez à une définition exacte d’un mot avec la saisie define: devant le mot recherché.
  • Si vous avez besoin d’un élément mais que vous souhaitez ignorer des recherches en particulier – par exemple, si vous souhaitez acheter de nouvelles chaussures de sport mais que vous ne voulez pas de Puma, tapez chaussures de sport -puma.

N’hésitez pas également à rechercher votre besoin en anglais. Ainsi, vous utiliserez de nouveaux algorithmes et accèderez à de nouvelles sphères internet ! A ce sujet, configurez votre page d’accueil Google sur google.com et non google.fr.

Tous ces conseils vous permettront de gagner de précieuses minutes dans vos
recherches !

 

Organiser l’information

Un temps précieux est laissé à la recherche d’informations que nous avons déjà, mais que nous n’avons pas – ou mal – rangées. Il est donc fondamental d’avoir des outils qui, tout en nous faisant gagner du temps de par leur utilisation, nous permettent facilement d’avoir accès à nos données de manière intuitive.

Quelques outils qui nous ont changé la vie :

  • Evernote. Soyons sincères, notre vie est remplie d’informations qui arrivent au mauvais moment et que nous laissons donc traîner au fin fond de nos tiroirs, persuadés que nous saurons les retrouver au moment propice. C’est faux. Evernote permet la classification instantanée de pages web, messages audio, photos et e-mails. Son algorithme permet de retrouver facilement le dossier recherché. Par exemple : vous avez pris en photo une bouteille de vin que vous avez adorée le mois dernier, mais des photos vous en faites tous les jours et vous ne la retrouvez plus le moment venu de l’acheter. Et bien si vous l’aviez rentrée sur l’application, elle aurait immédiatement scanné la photo et aurait donc vu « Bourgogne aligoté ». Ainsi, quand vous rechercherez « bouteille Bourgogne » sur Evernote, l’algorithme vous ressortira immédiatement votre photo. Pour les articles web, pas de panique, Evernote a un web clipper immédiatement installé lors du téléchargement. Testé et approuvé par toute l’équipe.
  • L’organisation visuelle. Bien que l’accès au digital ait énormément d’impacts positifs dans nos vies (on ne vous dira pas le contraire), il cause parfois des actes manqués. On peut par exemple manquer un rendez-vous que nous avions marqué au fin fond de notre application Notes, ou ne pas se rendre compte de la charge de travail que nous avons. Nous vous conseillons pour cela d’avoir dans votre bureau des panneaux qui vous permettront de voir directement où vous en êtes dans votre travail. Ci-dessous le tableau de Brainswatt, pour ne jamais rien oublier !

  •  Zėn-it. Comme nous le disions plus haut, on perd aussi de précieuses minutes lorsqu’on cherche désespérément un dossier sur notre ordinateur. Sans sûreté de le trouver qui plus est ! Le desktop, c’est souvent un amas de dossiers, nommés ou non, visités régulièrement ou pas, mais c’est surtout une jungle dans laquelle il est difficile de se retrouver. Ces minutes-là, bien qu’indolores, ont toutes leur importance puisqu’elles disparaissent plusieurs fois par jour. Notre solution est une petite idée sortie de notre esprit : le fond d’écran Zėn-it. Et puisque nous sommes sympa, nous vous l’offrons gratuitement, cliquez simplement sur la catégorie que vous souhaitez ! Accès développement, méthode Eisenhower ou pour les créatifs – on rigole d’avance -, choisissez celui qui vous correspond le mieux et gagnez enfin du temps ! Le principe : de la même manière que pour l’organisation visuelle, divisez votre fond d’écran en 4 parties distinctes et nommées pour avoir un champs de vision clair et rapide de là où sont rangés vos dossiers. En prime, on vous a même trouvé des citations motivantes et mis des couleurs qui apaisent. Plaisir d’offrir.

 

Éviter les réunions inutiles

Ici encore nous perdons du temps pour une raison technologique : tous nos agendas électroniques sont automatiquement réglés sur 1h lorsqu’on marque une prise de rendez-vous. Évidemment, certaines durent plus longtemps, mais pas toutes. Lorsqu’on a besoin de 17 minutes, disons, pour le sujet que nous avons à traiter, cela rapporte à notre point 2 : prendre une heure nous rendra moins efficace et concentré puisque le temps amène à la procrastination. Ainsi, la réunion sera moins utile et vous devrez sûrement en refaire une autre, d’ailleurs. Pour cela aussi, nous avons la solution !

D’abord, n’hésitez pas à configurer vous-même la durée par défaut d’une réunion à 30 minutes au lieu d’une heure. Mais surtout, rendez-vous sur réuniomètre.fr ; cet outil vous permettra non seulement de rationaliser les temps de réunion, mais surtout de vous rendre compte du temps que vous perdez ! Le principe est simple : entrez le nombre de participants, leur salaire mensuel moyen et la durée prévue de la réunion, l’outil vous dira combien elle coûte. Une manière de montrer avec humour qu’il faut préparer ses réunions pour ne pas perdre de temps… ni d’argent !

 

La psychoacoustique ou comment se mettre soi-même dans un état de concentration extrême

La psychoacoustique est l’étude des sensations auditives ressenties lorsqu’on entend un stimuli (un son). Le sujet est vaste mais le point qui nous intéresse est que grâce aux sons que nous entendons, notre cerveau peut se mettre en état de quasi auto-hypnose et donc en concentration extrême.

Notre environnement sonore impacte fortement notre efficacité, le bruit généré par un open space, par exemple, nous donne des possibilités de distraction non négligeables : les conversations alentours, le son des notifications, les téléphones et cliquetis des claviers…

Or, nous avons aujourd’hui des moyens de pallier à ces distractions.

D’abord, choisissez la musique que vous souhaitez : il faut juste qu’elle n’ait pas de paroles qui pourraient vous distraire. Aucune obligation sur son rythme, elle peut être aussi calme qu’entrainante. Ensuite, écoutez-là systématiquement avant de vous coucher pendant une semaine : l’activité cérébrale que vous avez à ce moment-là correspond au rythme Alpha, un rythme synonyme de quiétude que l’on retrouve dans plusieurs situations comme la détente ou le repos. Beaucoup affirment que ces ondes sont propices à la concentration et à la mémorisation accélérées. L’idée est donc de conditionner, à la manière de Pavlov, notre cerveau afin qu’il associe le stimuli du son choisi au rythme Alpha. Ainsi, chaque fois que cette musique passera, votre cerveau se mettra quasiment automatiquement dans cette posture et vous pourrez travailler intensément sans être gêné par les bruits alentours.

Notre sélection :

24 préludes, Op. 28 : No. 15 in D-flat Major « Raindrop » – Frédéric Chopin
Everloving et God moving the face of the waters – Moby
Palms et You – Petit Biscuit
Now we are free – Hans Zimmer & Lisa Gerrard

Et vous alors, c’est quoi vos astuces pour être efficace ? On attend vos retours !

Newsletter – Juillet 2017

« – Un BrainsWatt on the beach s’il vous plait. Avec des glaçons »


On pensait souffler un peu en juillet, comme un sas de décompression avant les vacances du mois d’août, eh bien non ! Après le mois de juin le plus sportif de la (longue) histoire de BrainsWatt, juillet n’a pas manqué de nous faire courir dans tous les sens. Mais c’est pour le mieux, car nous avons plein de bonnes choses à partager avec vous.
Tout d’abord, BrainsWatt s’agrandit, avec l’arrivée début septembre de deux nouvelles têtes, recrutées semble-t-il sur le critère de la brièveté de leurs prénoms :

Lou, qui nous rejoint en tant qu’Innovation Architect Junior. Lou travaillera plus particulièrement avec Jérémie sur les missions d’Idéation (workshops, sprints) et sur notre activité de conseil auprès des Directions de l’innovation, qui se développe de plus en plus.

Zoé, qui sera notre nouvelle Chargée de Communication. Depuis des lustres, nous pleurons de ne pas avoir le temps de vous montrer un joli site web, d’écrire dans un futur blog BrainsWatt, de créer de jolies vidéos, de vous montrer de superbes études de cas pour mieux vous expliquer comment nous pouvons vous aider…

Emmanuel Macron, qui a appris la nouvelle de ces embauches en passant boire un café au bureau, a tenu à nous remettre la Légion d’Honneur de l’Emploi et nous a proposé le Ministère de l’Optimisme, mais, humbles que nous sommes, nous avons préféré décliner. Pour mieux nous concentrer sur nos missions de toujours : vous inspirer, vous faire réfléchir et vous faire agir. Bonne lecture et bonnes vacances !

Bien entendu, si vous lisez ces lignes sur la plage, envoyez-nous une photo de vous en vacances, ça nous aèrera un peu l’esprit (hello@brainswatt.fr).

Inspiration

#Émotions

C’est aux Sables d’Olonnes que 200 collaborateurs de Bouygues Immobilier, réunis en séminaire, se sont retrouvés embarqués vers leur côté émotionnel et ont pu verser une petite larme au saut du lit – la conférence était programmée assez tôt le matin, et la soirée de la veille a fini un brin tardivement – encore merci à tous pour votre super accueil !

#Passion

Vous connaissez le Switch Collective ? C’est un super collectif qui permet à n’importe qui de se faire aider si d’aventure l’envie de changer de vie ou de carrière se faisait jour. Nicolas y est intervenu début juillet pour leur donner une version longue (et brute de décoffrage) de ton talk TedX. Malgré un réveil tôt (décidément c’est une manie de faire des conférences à l’aube) et qui plus est le samedi matin, c’était un vrai plaisir de pouvoir parler à coeur ouvert et d’échanger avec tous ces gens passionnants. Vivement le prochain réveil à l’aube un samedi !

#UXClient

Nous ne pouvons malheureusement rien en dire (nous avons signé un NDA, promis à genoux et mis notre honneur en jeu sur les 140 prochaines générations), mais pour un client très reconnu dans le retail de luxe, nous avons signé une belle mission autour de l’émotion et de l’expérience client. Nous avons joué les clients mystères en notant tout un tas de détails sur notre expérience d’achat ; nous allons intégrer tous ces retours dans un rapport d’étonnement et dans la conférence sur les émotions afin que l’entreprise en question puisse repartir avec des pistes concrètes d’amélioration de son UX Client – qui est déjà légendaire.

Idéation

#StartUps@CNP

Lancés dans une session de création de start-ups internes, les collaborateurs CNP ont proposé de nombreuses idées sur leur intranet. Afin d’affiner ces projets, nous avons été mandatés pour challenger, par promos de 10 personnes, chacun des porteurs de projet. Au travers d’une de nos méthodologies maison, et l’oeil sur la montre, ils ont pu travailler intensément sur leurs projets et les faire passer à la moulinette d’une session de pitchs et des feedbacks de BrainsWatt.

#SéminaireBrainsWatt

Pour une fois, c’est nous-même que nous avons emmenés en séminaire ! Notre objectif : souffler. Nous sommes donc hardiment partis à Deauville dans l’objectif de travailler spécifiquement sur :

• La piscine chauffée
• Le jacuzzi
• Le sauna
• Les chaises longues sous le soleil

À en croire les photos que nous ne pourrons pas montrer ici, ce premier séminaire BrainsWatt fut un succès (et teinté d’un excès de chocolat, de burgers, de profiteroles, de carbonara, de cafés gourmands et de glaces).

Implémentation

BrainsWatt contre les incendies

#Transporteurs d’Image : nous en touchions un mot dans le mois passé, mais l’actualité nous a un peu contraint à vous en reparler avant que vous ne preniez la route des vacances : ne jetez pas vos mégots de cigarette par la fenêtre en voiture. De nombreux départs de feu sont dus à des automobilistes imprudents qui prennent le bas-côté pour un cendrier (slogan gratuit : « sur la route, le bas-côté n’est pas un cendrier ») et jettent sans ménagement leurs mégots de cigarette. À travers notre régie « Transporteurs d’Image » et avec Atlandes, nous avons lancé une campagne de prévention qui sera vue par 25 millions de contacts jusqu’à la fin de l’été. Si vous croisez un de ces camions sur la route (comme sur la photo ci-dessus), faites-nous signe (@brainswatt).

BrainsWatt en mode coaching

#CoachingInnovation : suite à plusieurs demandes plus ou moins formelles, nous avons pensé proposer à certains Directeurs(ices) de l’Innovation / (P)DG de les accompagner en One to One une à deux journées par mois maximum. L’objectif : les aider à mieux relever leurs nombreux défis, les challenger sur leurs stratégies, les aider à monter leurs projets, leur faire rencontrer telle ou telle start-up ou expert au bon moment… bref, brancher de temps en temps BrainsWatt à leur quotidien professionnel et accélérer ainsi toutes leurs actions. Si l’idée vous intéresse, nous allons tenter de bloquer quelques jours par mois pour ce type de prestation ; faites signe à Allisson pour qu’on en parle !

L’info (in)utile pour briller en société

Sur votre jeu de cartes, le Roi de Coeur est le seul qui n’a pas de moustache. Si vous savez pourquoi ce pauvre homme a été dépourvu de ce sympathique attirail pileux, on veut bien connaître la réponse.

Newsletter – Juin 2017

Remettons les choses à leur place.


Il a fait sacrément chaud la semaine du 20 juin, mais vous l’aviez sans doute remarqué. Tout à me plaindre de la température de 33°C dans mon appartement la nuit, et le nez collé au ventilateur, j’ai pris connaissance par hasard de l’information suivante : il a fait au Koweit et en Irak plus de 54°C, soit la température la plus chaude jamais enregistrée. Je n’ose même pas imaginer l’enfer – déjà que ces pays sont très défavorisés. Qu’on ne vienne pas dire ensuite que le réchauffement climatique est une blague (n’est-ce pas Donald)… Et ce genre de températures vont devenir de plus en plus courantes dans les années qui viennent. Aussi, je suis content de notre petite expérimentation (voir plus bas), et j’espère que de nombreuses entreprises vont se relever les manches pour lutter contre le réchauffement climatique, en inventant de nouvelles technologies, en plantant des arbres, en encourageant le recyclage… de plus en plus de jeunes (consommateurs) sont sensibles au positionnement écologique ou non des marques, c’est donc dans leur intérêt de montrer qu’elles font leur part du combat… en espérant qu’il ne soit pas trop tard !

Inspiration

#Émotions

L’AFRC, l’Association Française de la Relation Client, a versé quelques larmichettes d’émotion lors de l’intervention de Nicolas Beretti sur la thématique de l’émotion dans l’expérience client, à l’occasion de leurs rencontres régulières. Non pas que le speaker soit renversant, mais son recours à des vidéos touchantes finissent par faire fondre même les coeurs de glace !

#IntelligenceCollective

À l’occasion d’un séminaire Generali, et avant que les participants ne se mettent à travailler en petits groupes, ils ont pu subir écouter Nicolas parler pendant 1 heure d’intelligence collective (pourquoi en parle-t-on autant ? Comment ça marche ? Est-ce que ça se mange ?) histoire de se mettre en chauffe avant leurs ateliers.

#TransformationDigitale

Avec 55 000 collaborateurs, Pôle Emploi est une grande organisation. Comme toutes les autres, elle doit se transformer pour s’adapter à l’ère numérique. BrainsWatt a donc été appelée à la rescousse pour inspirer une quarantaine de directeurs lors de leur séminaire, et, encore une fois, Justin Bieber a fait son apparition dans une slide (ne pas confondre humour itératif et manque d’imagination). C’est à peu près ce qui est arrivé aux 200 managers du Groupe Cora qui ont, eux aussi, pu assister à cette conférence le 7 juin – jour fatidique d’anniversaire du susnommé Nicolas.

Idéation

#DigitalMission2017

Comme l’année dernière à la même époque, Oracle nous a fait confiance pour les accompagner sur l’organisation de la Digital Mission 2017. Nous avions pour cette année décidé de monter le niveau d’exigence d’un cran supplémentaire en injectant dans les 36h du sprint une partie de la méthodologie Google Design Sprint. Les équipes ont pu ainsi apprendre à travailler « à la Design Sprint » et produire en une poignée d’heures des idées de start-up et des pitchs absolument remarquables. À noter qu’à la suite de l’année dernière, trois projets ont été poursuivis et commencent à éclore, dont Gigz. Cette année, nous sommes confiants qu’au moins deux projets (internes et externes) verront le jour tant leur pitch était bluffant.

#SéminaireCrepi

Le CREPI est une formidable association peu connue mais qui pourtant oeuvre en silence, sur tout le territoire, pour permettre chaque année à des centaines de chômeurs de retrouver un emploi. Ils imaginent des formats de rencontre entre chômeurs et employeurs qui sont à chaque fois originaux, décalés et efficaces. Cette année, le CREPI a demandé à BrainsWatt de les aider pour penser et animer leur séminaire annuel. En deux jours au milieu des vignobles bordelais, nous les avons fait travailler sur leur WHY, leur HOW, leur WHAT, mais aussi sur des Lego® pour les rendre plus efficace collective. À l’issue du séminaire, il ne restait plus une seule brique Lego® sur les tables, on pense très fort aux enfants des participants qui ont dû être ravis de ce cadeau inopiné !

Implémentation

#Reforestation

Parce que la planète est en grand danger et que ne rien faire serait criminel, à notre micro échelle nous avons décidé de faire quelque chose. Depuis le mois dernier, chacune des conférences BrainsWatt financera la plantation à Haïti de 167 arbres. Haïti a perdu 98% de sa forêt et représente une urgence à la fois écologique et sociale. Grâce à vous, nos clients, nous permettons à notre partenaire Reforest’action de lutter contre la déforestation en plantant des arbres, qui sont autant de puits de carbone pour lutter contre le changement climatique. C’est une goutte d’eau contre un incendie, mais nous en sommes déjà à 1002 arbres ! D’ici la fin de l’année, nous aurons peut-être une jolie petite forêt 😊

#CommandoInnovation

Nous travaillons avec un grand assureur français en mode « commando » pour accélérer en interne le développement de l’offre de services et améliorer notablement l’expérience et la connaissance client. Nous avons pour cela monté un commando composé de développeurs, de designers, et bien entendu de Jérémie qui pilotait tout ça à base de la méthodologie Google Design Sprint réadaptée pour l’occasion.

L’info (in)utile pour briller en société

Sneeze GIF - Find & Share on GIPHY

Il vous sera à jamais impossible d’éternuer les yeux ouverts. Voilà, c’est dit.

 

Newsletter – Février 2017

Et si on appelait ce nouveau système solaire « Le système Saint Exupéry » ?


Un article repéré dans Les Echos a retenu notre attention, parce qu’il met en lumière une pratique de plus en plus répandue dans les grandes entreprises : l’investissement dans des start-ups. De plus en plus de grands groupes bien implantés investissent dans des start-ups à fort potentiel plus ou moins liées à leur activité, en direct ou à travers une stratégie de Corporate Venture. Ces investissements s’inscrivent souvent dans leur stratégie d’Open Innovation, afin de trouver les meilleurs partenaires avec lesquels travailler sur des sujets innovants pour les gros groupes.

Afin d’optimiser ces investissements et de trouver les meilleurs partenaires, les grandes entreprises mettent en place des “radars à start-ups”. Pour la plupart, ces radars sont des réseaux sociaux internes qui permettent à chacun au sein de l’entreprise d’échanger des informations sur des start-ups qu’ils connaissent ou dont ils ont entendu parler.

Grâce à un système de notation, cette base de données interne permet de filtrer les start-ups travaillant sur des sujets pertinents pour l’entreprise. Les opérationnels peuvent ensuite se rapprocher de celles avec lesquelles il y aurait un potentiel de création de valeur.

A la lecture de cet article, et de nombreuses discussions avec des PDG et Directeurs de l’innovation, nous voulions vous demander : et vous, quelle est votre stratégie de détection de start-ups, et comment systématisez-vous une forme de rapprochement ?

 

Inspiration :

#PetitDéjeunerBrainsWatt : Banques VS. GAFA
C’est un duel intense dont la presse spécialisée se fait souvent le relais : des hordes de Fintechs se massent aux portes des grandes banques mondiales, grignotant de plus en plus de parts de marché sur les transferts d’argent, les paiements en ligne, les comptes en banque sans banque… On lit ça et là que la fin des banques est pour bientôt, mais qu’en est-il vraiment ? La situation est-elle si catastrophique pour nos (vieilles) institutions financières ? Le “iLivret A” est-il pour bientôt ?

Venez vous faire votre propre opinion sur ce sujet le 30 mars prochain pour notre prochain petit-déjeuner. Comme toujours, des gens sympas, un sujet d’actualité, du café et des viennoiseries, pour bien commencer la journée ! Pour réserver votre place (15 personnes max), écrivez à Quitterie, elle se plaint souvent de ne pas recevoir assez d’e-mails.

#LearningExpedition : Lancement en Israël
Nous l’annoncions dans la BrainsLetter précédente, nous avons ouvert 5 dates en 2017 pour vous emmener au pays des Start-ups : Israël. Pourquoi Israël ? Simplement pour comprendre comment, avec tant de contraintes, ce petit pays réussit à innover de manière si performante. Quel est son secret ? Son approche de l’innovation ? Les restaurants sont-ils vraiment si délicieux que le disent nos derniers participants ?

Sur les 5 dates ouvertes, une a déjà été réservée, il ne nous reste donc plus que 4 dates à vous proposer. Rendez-vous ici pour en apprendre plus et réserver !

 

Idéation :

#MasterClassDARPA
Vous connaissez la DARPA ? Si vous pensez que non, détrompez-vous. Dans tout bon film d’action américain qui se respecte, vous entendez parlez d’une “agence gouvernementale” ultra secrète qui invente des technologies du futur. Fantasme de scénariste, pensez-vous.

Eh bien non ! Cette agence existe réellement. La DARPA est l’agence pour les projets de recherche avancée de la défense, créée par l’armée américaine. Rattachée au Pentagone, et avec assez peu de moyens et de temps, elle a inventé des technologies de rupture qui ont changé le monde et votre quotidien : GPS, avions furtifs…autant d’innovations qui ont à elles seules créé de nouveaux secteurs industriels et généré des marchés de centaines de milliards de dollars.

Face à une organisation qui sur-performe ainsi, notre sang n’a fait qu’un tour : nous voulons vous en faire profiter.

Pour cette raison, nous avons contacté le Pentagone. Oui, le Pentagone. Jérémie a ainsi pu dire, en rentrant chez lui le soir : “oh tiens au fait, aujourd’hui j’ai parlé au Pentagone !”.

Et nous avons une idée folle qui peut devenir réalité pour 20 Directeurs d’Innovation et PDG : en 2017, nous pensons organiser une Master Class Innovation de 3 jours, lors de laquelle 2 anciens Program Managers de la DARPA viendront vous expliquer la méthodologie DARPA, ses secrets pour inventer des innovations de rupture, avec peu de moyens et peu d’hommes – mais les meilleurs.

Chez BrainsWatt, nous considérons que le model DARPA peut s’appliquer aux grandes entreprises dans leur stratégie d’innovation. Mais pas n’importe comment : il faut bien distinguer ce qui est possible de ce qui ne l’est pas pour votre entreprise. En 3 jours, le modèle DARPA n’aura plus de secret pour vous. Intéressés ? Écrivez-nous pour que nous vous nous donnions plus de détails.

 

Expérimentation :

#SprintInnovation : Mondial Assistance
Après Oracle et BlueLink, nous avons imaginé et organisé un Sprint d’Innovation pour Mondial Assistance (Allianz). En 2 jours, les 3 équipes accéléré ont généré plus de 15 000 lignes de codes, réalisé 3 prototypes fonctionnels, 3 pitchs business de leur projet et 3 user stories de leurs idées. Ce fut intense, ce fut génial, ce fut plein de café, et ce fut surtout basé sur la méthodologie Google Design Sprint adaptée par BrainsWatt : retrouvez l’ambiance de ce Sprint BrainsWatt en vidéo !

 

L’info (in)utile pour briller en société :

Avez-vous déjà vu une île dans un lac dans une île dans un lac dans une île ?

Maintenant, oui ! C’est aux Philippines, ça s’appelle Vulcan Point, et c’est sans doute le seul cas au monde ! (Merci à Global Compact pour l’inspiration magique).

Newsletter – Janvier 2017

« 2017 peut être l’année où tout change… » – www.sciencealert.com


Alors évidemment, c’était la fin de l’année, puis la nouvelle année, la galette, et tout ça. Ok. Vous avez déjà lu à peu près mille newsletters et e-mails qui vous ont souhaité une très bonne année. D’ailleurs, vous ne supportez même plus d’entendre le collègue de la compta ânonner à longueur de journée “Bonne année !” à chaque rencontre à la machine à café.

Nous non plus, rassurez-vous ! C’est d’ailleurs pour ça qu’on refuse encore d’installer une machine à café.

Donc pour changer, nous allons surtout souhaiter que cette année, l’humanité ne s’auto-détruise pas. Ce qui ne va pas être si évident que ça ! Entre Trump qui a le bouton nucléaire et veut ravager ce qu’il reste de nature, l’arrivée imminente de la toute première intelligence artificielle que nous serons bien incapables de comprendre (allons-nous recréer une sorte de Dieu ?), ou la libération – débutée – de phénoménales quantités de méthane dans l’atmosphère (rappelons que le méthane est 28 fois plus puissant que le CO2 pour l’effet de serre), rien n’est joué.

Si cela faisait sens de parier sur la fin du monde (mais l’encaissement des gains serait compliqué), je suis sûr que de nombreux bookmakers l’auraient déjà fait.

Heureusement, il nous reste de l’espoir : en 2016, malgré tout, 99 bonnes choses se sont produites. Lisez, ça fait du bien là où ça fait mal 😊

 

Inspiration :

#PetitDéjeunerOccurrence sur l’intelligence collective
Sauriez-vous classer 100 personnes par ordre de naissance en moins de 3min ? Comment un groupe de militaires a pu localiser l’épave d’un sous-marin perdu dans l’Atlantique alors qu’aucun des individus composant le groupe n’avait estimé correctement la localisation ? Quelle est la formule mathématique de la stupidité des supporters de football enragés ?

Autant de questions dont vous trouverez les réponses, et bien plus encore, le 2 février prochain à 8h30 pour un petit-déjeuner maison chez notre grande soeur Occurrence (41 rue du Sentier dans le 2ème).

Attention, places limitées !

#LearningExpedition : lancement en Israël
En décembre dernier, BrainsWatt a emmené quelques explorateurs privilégiés dans le pays qu’on nomme “Startup Nation”, autrement dit, Israël. Tout petit pays du point de vue de la taille, il brille pourtant par une incroyable concentration de startups à succès, dont une partie a déjà conquis le Nasdaq (Waze ou Wix ne sont que deux exemples). Comment font-ils ? Quels sont leurs secrets ? Pour le savoir, il n’y a pas mille façons de faire : il faut y aller, il faut sentir et ressentir, voir, parler, écouter, apprendre, échanger…

Pour cette raison, et parce qu’on connait très bien le pays, nous organiserons en 2017 plusieurs Learning Expeditions en Israël, d’une durée de 4 jours. 4 jours d’intenses rencontres et découvertes. 4 jours inoubliables, entre l’antique Jérusalem et l’ultra moderne Technion, où se conçoit le 22ème siècle. Et sur toute l’année, seulement 5 Learning Expeditions uniques, à découvrir et à réserver vite ici.

 

Idéation :

#WorkshopEpaMarne (titre: 5000 briques Lego®)
Tout début Janvier, en pleine réflexion sur nos bonnes résolutions 2017, nous avons eu le plaisir de travailler avec une centaine d’experts de la construction sur la ville de demain. Fascinant métier que celui d’EpaMarne : imaginer et construire les villes dans lesquelles nos enfants et petits-enfants viendront gambader. De la page blanche au building, leurs idées transforment directement notre quotidien.

Quoi de plus évident, dès lors, que de les faire travailler à base de briques Lego® ? Chaque équipe d’experts a pu mieux se connaître et surtout, imaginer ensemble à quoi ressemblerait la ville de demain… de magnifiques constructions en Lego® et une belle énergie, c’était parfait pour bien commencer l’année !

#SoiréeGlobalCompact
On a dit bien des choses (négatives) sur la nouvelle génération et son intégration dans le monde de l’entreprise. Fainéante, peu concentrée, capricieuse, infidèle…

Nous ne rentrerons pas dans le débat (bien qu’à titre personnel, j’ai un début de solution pour ces jeunes-là), mais ce qui est certain, c’est que si vous souhaitez voir l’antithèse du jeune en question, venez le 31 janvier prochain à la soirée de lancement de la plateforme Global Compact. Des fondateurs d’entreprises hors normes (MakeSense, Gryo…) y présenteront leurs initiatives, et en quoi elles tentent de contribuer concrètement aux Objectifs de Développement Durable des Nations-Unis. Bien entendu, nous avons eu le plaisir de travailler avec Global Compact, à l’initiative du projet, pour co-construire la soirée qui sera animée par votre serviteur. 250 personnes se sont déjà inscrites, si vous voulez en être, c’est par là ! Ca nous ferait plaisir de vous y voir – et qui sait, vous pourriez y inscrire votre entreprise 😉

 

Expérimentation :

#StayHome
StayHome, la fintech qui vient en aide aux propriétaires en difficulté financière, a eu l’honneur d’être dans à peu près tous les médias français en cette fin d’année dernière et ce mois-ci. Le Monde, Les Echos, Challenges, Se Loger… Vous allez dire: “Et alors ?” ; outre que cela fait plaisir de voir une idée à laquelle BrainsWatt a contribué à crever l’audimat (Nicolas Beretti est l’un des co-fondateurs), c’est surtout que plus cette entreprise est connue, plus le nombre de saisies immobilières va baisser. Car pour le moment, StayHome est encore assez peu connue par les 240 000 propriétaires immobiliers ayant connu un incident de paiement sur leur crédit. Plus vous partagez, plus vous les aiderez. Et en plus, StayHome recrute et crée des emplois en France !

#RecrutementLego
Comme nous aussi chez BrainsWatt nous cherchons à recruter, on s’est dit : comment être certain de recruter la bonne personne ? Face à cet épineux problème pourtant crucial pour toute entreprise en croissance, nous avons imaginé et nous testons en ce moment même une nouvelle méthode de recrutement… à base de Lego®. Et c’est très prometteur. Franchement. Alors on s’est dit : pourquoi ne pas la partager avec vous ? Vous pourriez la tester aussi, et ensemble nous pourrions l’affiner jusqu’à posséder une méthode inédite. Et nous avons beaucoup d’idées sur les suites à y donner. Si vous êtes tentés d’essayer, contactez-nous et on vous en dira plus !

 

L’info (in)utile pour briller en société : 


Vous êtes-vous déjà retrouvé en panique, un soir, à table avec des amis, lorsque soudain, quelqu’un vous a demandé tout naturellement si vous connaissiez bien les 30 premières décimales de Pi ?

Non ?

Nous non plus. Donc c’est clairement une information capitale à connaître pour fanfaronner ce soir à l’apéro. Comment, alors, retenir trente décimales ? Mission impossible, pensez-vous ? Eh bien non. Il vous suffit simplement de retenir les lignes suivantes :

“Que j’aime à faire apprendre un nombre utile aux sages !
Immortel Archimède, artiste, ingénieur, qui de ton jugement peut priser la valeur ?
Pour moi ton problème eut de sérieux avantages !”

Vous l’aurez deviné, le nombre de lettres de chaque mot et sa position dans la phrase correspond aux 30 premières décimales de Pi… information pratique si demain une IA maléfique prend le contrôle de la planète et que nous retombons à l’âge de pierre (ça peut arriver bientôt).

Newsletter – Décembre 2016

 “La transformation digitale concerne VRAIMENT tous les acteurs”


C’est l’histoire d’un type qui s’est un jour décidé à replanter des arbres. Non pas quelques centaines, ou même quelques milliers ; non, il s’est dit : je vais replanter un milliard d’arbres par an. Pour une (très) bonne raison : la déforestation étant industrielle, la reforestation doit l’être aussi. Actuellement, la reforestation est effectuée manuellement, ce qui est lent et cher. Alors pour contribuer à la lutte contre le réchauffement climatique (les arbres sont des puits de CO2), à la sauvegarde des forêts et de la vie qui s’y développe, l’ingénieur Lauren Fletcher (ex NASA) a imaginé un système permettant de planter des arbres avec des drones, permettant de passer de 3 000 graines par jour (manuellement) à 36 000, pour une fraction (15%) du coût.

Si les coûts baissent et que la rentabilité explose, alors nombre d’entreprises, d’Etats et de particuliers souhaitant compenser du carbone ou exploiter du bois pourront s’offrir les services de BioCarbon Engineering (c’est le nom de sa startup). Et donc planter des millions et des millions d’arbres.

A l’occasion de son dernier passage à Paris, j’ai eu le plaisir de prendre un café avec Lauren qui m’a fait un update sur son entreprise, qui grandit vite. Je voulais juste vous raconter ça parce que ce type est super inspirant, et, en partant d’une idée folle, il a réussi à monter une équipe, à développer sa technologie, à trouver son marché. Une startup techno et hype pour sauver le monde, ça fait du bien au moral. Et qui sait, peut-être cela pourra-t-il vous inspirer vous aussi à concrétiser une idée folle. Le monde en a cruellement besoin !

Merci Lauren et longue vie à BioCarbon Engineering !

 

Inspiration : 

#LearningExpedition
Une grande bouffée d’innovation, voilà ce qui s’est passé. A la toute fin du mois de novembre, BrainsWatt et Occurrence ont emmené plusieurs clients à la découverte d’un pays qui, à lui seul, incarne absolument la fameuse maxime “de la contrainte naît la créativité”. Pays modeste en taille et en population, il concentre pourtant une quantité impressionnante de startups au mètre carré. Certaines sont déjà des licornes mondialement connues (20% des entreprises étrangères cotées au NASDAQ sont d’ailleurs israéliennes), d’autres des licornes en devenir ; elles ont en revanche toutes un point commun : elles s’appuient sur un écosystème unique, une intelligence hors norme et des méthodes d’innovation qui n’ont pas à rougir devant celles des GAFA.

C’est tout ceci que sont venus découvrir nos explorateurs de l’innovation qui, après 4 jours en immersion, en sont revenus enchantés. 4 jours de visites, de rencontres, de conférences, de dégustation (les restaurants étaient fabuleux !), d’échanges, d’émerveillement devant ce pays qui concentre tant d’histoire et de haute technologie. C’était tellement bien qu’on a décidé d’en organiser une autre. L’idée est de partir en petit groupe (10/12 maximum) en début d’année prochaine. La seule question maintenant est : voulez-vous en être ?

Si ça vous intéresse, envoyez-nous un mail (jeremie@brainswatt.fr) ! Attention : les places seront limitées pour que le groupe reste à taille humaine !

#IllusionDeLaPassion : Un TEDx pour trouver sa passion
Rien ne nous arrête chez BrainsWatt, pas même un sujet aussi ardu que la vie, l’univers et le reste. Du coup, lors du TEDx Celsa du 29 septembre dernier chez Google, Nicolas s’est jeté à l’eau pour aborder une question véritablement existentielle : quoi faire de sa vie ?

Le résultat en vidéo ici, idéal pour la pause déjeuner !

 

Idéation :

#SprintMondialAssistance (+Workshop)
Après Oracle et BlueLink, nous terminons la saison des sprints en beauté avec Mondial Assistance ! Pour celui-ci, les ambitions étaient très hautes : en 2 jours, passer d’une feuille blanche à un prototype fonctionnel présenté à un jury. 3 équipes en lice pour un Grand Prix, 8 développeurs, 3 coachs BrainsWatt dédiés, des coachs externes, des clients, des collaborateurs Mondial Assistance…

Les participants ont pu toucher du doigt très concrètement la puissance d’un sprint : ainsi, à l’instant où ils terminaient un croquis, celui-ci était implémenté quasi-directement dans le prototype pour s’afficher sur le téléphone portable…De l’idée à la réalité en quelques minutes, tout simplement. Le rêve pour tout manager de projet !

Après des litres et des litres de café, bonbons et viennoiseries, c’est le projet le plus émotionnel qui l’a emporté (nous laisserons à Mondial Assistance le plaisir de le dévoiler bientôt), même si les deux autres méritaient de gagner aussi.

De notre côté, nous en sortons avec deux certitudes :
• Un régime s’impose après toutes ces sucreries.
• Le Design Sprint Google à la sauce BrainsWatt fonctionne, et plutôt très bien.

Pour en organiser un avec vos équipes en 2017 et accélérer un ou plusieurs projets tout en acculturant vos collaborateurs, c’est par ici !

Nous avons par ailleurs comme idée de proposer pour le prochain  Sprint un traiteur de fruits et légumes bio pour éviter aux participants des crises d’hyperglycémie en série.

 

Expérimentation :

#LePointSurl’Exfiltration
Le problème de nombreux projets d’innovation, c’est qu’ils peuvent parfois démarrer sur les chapeaux de roue suite à un événement de lancement par exemple, mais bien souvent, le quotidien reprend ensuite le dessus et le projet perd son momentum. C’est normal et personne n’est à blâmer : c’est l’inertie naturelle d’une organisation. Néanmoins, c’est un gâchis d’énergie et de talent car lorsque les porteurs du projet sont inspirés, ils innovent mieux et plus vite. Par contre, une fois l’inspiration passée, la créativité est en chute libre.

Pour éviter ce phénomène, nous avons conçu l’Exfiltration : une journée par semaine, hors les murs, un coach BrainsWatt accélère les projets sélectionnés pour les amener le plus vite possible au stade du prototype et aux tests réels que ce dernier permet.

Avec BlueLink, l’Exfiltration a démarré depuis plus d’un mois maintenant et les équipes avancent super bien : des clients et utilisateurs ont pu venir tester les prototypes pour donner du feedback aux équipes afin qu’elles puissent tester leurs hypothèses et améliorer leurs prototypes.

L’Exfiltration permet, le temps d’une journée par semaine, de sortir des contraintes du quotidien pour pouvoir se concentrer à 100% sur son projet avec le reste de l’équipe. Le simple fait de sortir du bureau et de se retrouver dans un lieu dédié au projet aide grandement ; la méthodologie de l’Exfiltration vient encadrer et booster le travail des équipes – dans la joie et la bonne humeur (et les chouquettes).

 

L’info (in)utile pour briller en société :

Bientôt Noël ! Selon qu’on aime ou non cette période, c’est l’enfer commercial – ou la joie familiale (ou les deux). Dans tous les cas, l’information la plus importante à retenir n’est pas liée à la frénésie commerciale qui nous anime mais au fait que le 23 décembre, les jours vont ENFIN commencer à rallonger ! L’obscurité déprimante qui nous plombe le moral depuis le 23 juin dernier va peu à peu laisser la place à la douce lumière du printemps qui approche. Plus précisément, le 23 décembre, vous pourrez noter qu’il fera jour 60 secondes de plus que la veille. Et mine de rien, pendant qu’on s’occupe à autre chose, eh bien le 22 janvier prochain, le soleil se couchera 44 minutes plus tard ! Elle est pas belle et lumineuse, la vie ?

 

❤️ TOUTE L’ÉQUIPE BRAINSWATT VOUS SOUHAITE DE TRÈS JOYEUSES FÊTES DE FIN D’ANNÉE ❤️

Newsletter – Novembre 2016

SkyNet est-il pour demain ? Les chercheurs de Google Brain ont surpris deux Intelligences Artificielles (IA) en train de papoter en utilisant un langage qu’elles ont non seulement inventé, mais aussi crypté. Et personne ne comprend ce qu’elles se sont dit. Super, hein ?


Si vous avez trouvé que la newsletter du mois d’octobre était rapide à lire, c’est tout à fait normal. Nous avons expérimenté un nouveau format, plus léger et plus simple à envoyer et recevoir : la NoNewsletter. En se basant sur la théorie de l’énergie quantique du vide qui stipule que le vide est plein d’énergie, ou quelque chose comme ça, nous avons voulu mesurer le taux de clics de cette NoNewsletter en ne l’envoyant pas. Ne l’ayant pas reçue, vous pouviez ainsi librement cliquer sur autre chose, et ainsi, qui sait, accomplir de grandes choses.

Mais devant le flot de pleurs, de larmes et la file d’attente incroyable qui s’amasse depuis maintenant quinze jours devant nos bureaux, nous avons décidé d’être moins visionnaires et de revenir à une pratique plus low-tech de la BrainsLetter, n’en déplaise à nos (nombreux) lecteurs physiciens théoriciens que l’on salue en passant (ou pas, pour les fans du chat de ce cher Heisenberg).

Les lecteurs les plus perspicaces auront évidemment noté que cette avalanche de mauvaise foi bien mal maquillée par de la fausse science de comptoir ne trahissait rien d’autre qu’un terrible  sentiment de honte et de culpabilité à l’idée de n’avoir pas pu vous envoyer nos découvertes du mois dernier pour cause d’agenda surchargé.

Face à ce dramatique état de faits, nous avons réagi à la mesure de l’événement et notre stagiaire a donc été privée de dessert jusqu’à la fin des temps.

Bonne lecture !

 

Inspiration : conférence GAFA vs. banques traditionnelles

Si vous travaillez dans la finance ou la banque ou que le sujet vous concerne, vous aurez peut-être envie de cliquer sur cette vidéo pour découvrir, notamment :

  • que les banques ont un sacré avantage face aux Google, Facebook et autres FinTechs;
  • que l’ex-PDG de Bank of America détestait la régulation, et le lien entre cette information et l’Etoile Noire de Star Wars ;
  • qu’on peut inclure Justin Bieber dans une conférence sur la finance

Nous avions le plaisir de mener cette conférence chez notre partenaire ChâteauForm, dans un cadre magnifique pour un petit-déjeuner / conférence qui aide à bien démarrer la journée. Dites, pour la prochaine… vous viendrez ?

 

Idéation : Open Sprint 2016

Pourquoi faire en 3 mois un projet qu’on peut faire en 2 jours ? C’est sur ce constat simple qu’a été imaginé, quelque part dans le monde à un moment donné de l’histoire, le concept de Sprint d’Innovation. Google l’a théorisé avec le Google Design Sprint, et nombre d’entreprises l’ont mis en pratique. Nous l’avions fait avec Oracle en juin dernier (rappelez-vous), et en octobre c’est avec BlueLink (Air France) que nous avons eu le plaisir de mener ce nouveau Sprint. 41 projets au départ, 11 qualifiés, 3 gagnants : une belle aventure qui continue en novembre (cf ci-après). Notre recette secrète à nous pour un Sprint inclut notamment : un site web dédié, un teaser vidéo pour embarquer les collaborateurs, des conférences avant, pendant et après, et une table de ping pong. Le reste, c’est à découvrir en essayant !

 

Expérimentation : introduction à l’exfiltration

Après un Sprint, souvent ce qu’il reste c’est un bon souvenir, beaucoup de café et plein de bonnes idées qui risquent de ne pas voir le jour car le quotidien de l’entreprise est déjà bien rempli. Face à ce risque, nous avons imaginé : l’Exfiltration. Les équipes gagnantes de l’Open Sprint vont être exfiltrées de l’entreprise une journée par semaine, dans un lieu dédiée, et nous les accompagnerons pendant 3 mois avec nos experts partenaires pour les aider à passer le plus vite possible et le mieux possible d’une idée à la réalité. L’objectif de l’Exfiltration est clair : en sortant du cadre habituel du travail, on peut se plonger à 100% dans son projet. L’équipe vivra ainsi en quelques sortes 13 mini sprints d’innovation pour accélérer son idée et lui donner des jambes. Nous, on a hâte d’y être !

 

L’info (in)utile pour briller en société :

Quoique vous vendiez, encouragez vos clients à payer en cash. Il semblerait que dans l’abîme d’irrationalité qui sommeille en chacun de nous, un nouveau biais cognitif vienne d’être identifié. En deux mots, le fait de payer votre cappuccino en liquide le rendra à vos yeux meilleurs qu’en le payant en carte bleue, car l’acte de paiement est alors plus “douloureux” (=concret) et vous projetterez ainsi sur cet innocent breuvage un attachement affectif plus fort.

Pas sûr que les caisses de l’Etat apprécient cette découverte de psychologie comportementale, mais vous savez maintenant comment augmenter mécaniquement le niveau de satisfaction de vos clients.