Comprendre et pratiquer le Design Thinking

Posté par Julie Koffi le 25 avril 2019

 

Comprendre et pratiquer le Design Thinking

 

La méthode pour vous y aider

 

Dans un article intitule Fast track to learning Design Thinking, Lean Startup, Agile, Pretotyping, and Design Sprint (Méthode rapide pour apprendre le Design Thinking, le Lean Startup, l’Agile, le Pretotyping et le Design Sprint) publié sur UX Planet, Jarl Rosenlykke développe de manière claire et concise les principes et objectifs de ces cinq méthodes innovantes.

Comme BrainsWatt est tout à fait en ligne avec ce récapitulatif hyper complet, nous avons décidé de vous en proposer ici une synthèse : cette semaine, nous vous présentons donc le Design Thinking.

 

Définition

 

Le Design Thinking se développe depuis les années 1960. C’est une méthode de conception de produit qui met le design au centre de la réflexion, alors qu’il était auparavant condamné à n’intervenir qu’à la toute fin de la chaîne de conception.

Ce faisant, cette méthode remet également le projecteur sur l’utilisateur. En effet, elle part du principe que les concepteurs d’un objet doivent avant tout en penser l’usage.

On ne s’attache alors plus uniquement à ce que le design est, mais aussi à ce que le design peut faire.

 

Les étapes du Design Thinking

 

L’entrepreneur Peter Thiel, cité par Jarl Rosenlykke, explique que le Design Thinking est la méthode idéale pour « aller de zéro à un », de créer quelque chose de toute pièce. Cet objet doit être :

  • Désirable : est-ce que les gens le voudront ?
  • Viable : est-ce que les gens l’utiliseront ?
  • Faisable : est-ce que nous pouvons le fabriquer ?

 

Voici les cinq étapes à suivre pour valider ces trois critères :

  1. Comprendre les besoins concrets des utilisateurs
  2. Définir le problème avec en tête ces besoins concrets
  3. Imaginer et mettre en forme de multiples solutions
  4. Prototyper en gardant en tête la praticité de la solution retenue
  5. Tester auprès des utilisateurs

 

Les trois principes centraux du Design Thinking

 

Selon Jarl Rosenlykke, le succès du Design Thinking est dû au respect des trois principes suivants :

 

Un processus itératif

 

De perpétuels allers-retours doivent être observés durant toute la phase de conception de l’objet entre ses créateurs et ses utilisateurs, allant sans cesse de l’abstrait au concret. Les utilisateurs doivent en effet intervenir avant même l’idéation, participer à celle-ci et tester voire co-construire les prototypes.

Il est donc préconisé de les consulter mais également de les observer et même de jouer leur rôle : Jarl Rosenlykke insiste sur cette recherche qualitative, alternance d’interviews, d’observation et de participation qui permettra la création d’un design centré sur l’humain.

[L’importance pour ce faire de la constitution d’une communauté d’utilisateurs avec par ailleurs déjà été développée ici.]

 

Des techniques de pensée visuelle

 

La phase d’idéation doit laisser libre-cours à l’imagination de l’ensemble des personnes impliquées dans la conception de l’objet, utilisateurs y compris.

Pour y arriver, Jarl Rosenlykke préconise l’usage de méthodes de « pensée visuelle », qui permettent de donner forme de manière plus créative aux idées : il suggère ainsi de réaliser des esquisse, des collages, des maquettes… La méthode Lego Serious Play, que nous utilisons chez BrainsWatt, peut également jouer ce rôle. L’idée centrale étant d’encourager les pensées divergentes et de faciliter l’émergence de celle qui sera la plus adaptée au besoin.

 

Des équipes interfonctionnelles

 

 

Enfin, Jarl Rosenlykke insiste sur l’importance de monter des équipes interfonctionnelles pour éviter les phénomène de micro-management ainsi qu’un fonctionnement « en cascade ».

[Nous avons déjà décrit les avantages de ce type d’organisation dans notre article consacré au modèle Spotify]

En impliquant l’ensemble des intervenants dès les premières étapes de la conception, on s’assure ainsi un gain de temps conséquent, explique-t-il. En effet, l’information circule mieux (dans le temps et dans l’espace) et fait économiser beaucoup d’énergie en coordination et réunions superflues (et vous savez comme on n’aime pas les réunions superflues, ici).

Également, toujours dans l’optique de ne jamais trop s’éloigner de l’humain et du concret, il est préconisé de permettre à l’ensemble de l’équipe d’entrer en relation avec les utilisateurs, à tout moment du process.

Le design au service de la vie réelle grâce à une écoute attentive de l’utilisateur, à des méthodes innovantes de visualisation de la pensée et à des équipes fonctionnant horizontalement plutôt que verticalement, voilà donc l’ambition du Design Thinking.

A suivre : le Lean Startup

 

 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites anonymes. En savoir plus Ok